• Aujourd'hui on continue d'honorer l'inventeur des "crevettes Bigeard" Le 8 juin dernier c'était à Cannes où ça se passait

    Aujourd'hui on continue d'honorer l'inventeur des "crevettes Bigeard" Le 8 juin dernier c'étair à Cannes que ça se passait

    La technique des "Crevettes Bigeard" ? Elles resteront la sinistre image de cette époque qui perpétuera ce nom. Pour beaucoup, ce terme employé alors ne signifie rien, surtout qu’il ne figure dans aucun livre d’histoire de notre enseignement. Pourtant c’est en employant cette expression que Paul Teitgein interrogeait Massu, en 1957, sur les milliers de disparus pour lesquels il n’avait aucun rapport concernant leur "évaporation". Pour éliminer physiquement, en faisant disparaître les corps, Bigeard avait inventé cette technique : sceller les pieds du condamné (sans jugement, sinon le sien), vivant, dans un bloc de béton et le larguer de 200 ou 300 mètres d’altitude d’un avion ou d’un hélicoptère en pleine mer. Il avait perfectionné cette technique : au début les algériens étaient simplement largués dans les massifs montagneux, mais leurs corps étaient retrouvés. La seconde étape fut le largage en mer, mais quelques un sont parvenus à revenir à la nage sur la côte et échapper miraculeusement à la mort. C’est pourquoi il "fignola" le raffinement de sa cruauté en inventant le bloc de ciment. C’est par cette technique enseignée par son ami le Général Aussaresses (et les officiers supérieurs instructeurs associés Lacheroy, Trinquier…) que cette technique a été utilisée en Argentine en particulier pour les 30.000 disparus que pleuraient les "Folles de la Place de Mai".

    Inconcevable: un acteur

    de la « sale guerre » honoré

    à Cannes !

    Image1C’est avec beaucoup de surprise que nous venons d’apprendre par la presse la décision du conseil municipal de Cannes, d’appeler le square voisin de la mairie « Jardin Marcel BIGEARD ».
    Quelle mouche a donc piqué les élus cannois pour mettre ainsi à l’honneur le va-t’en guerre mais aussi tortionnaire de nos guerres coloniales ?
    A une telle proximité du monument aux morts, et tant qu’à lui donner le nom d’un illustre militaire, il eut été plus judicieux de baptiser ce jardin du nom d’un autre grand militaire de la même époque, mais qui avait eu, lui, le courage de dénoncer la pratique de la torture et de refuser de l’exercer ? Le général De la BOLLARDIERE bien que militaire, résistant, combattant en Indochine comme en Algérie était un pacifiste convaincu, une grande figure de la non-violence.
    Le conseil municipal ne s’honore pas en donnant à l’ami du général Aussaresses avec qui il a initié les fameuses « crevettes Bigeard »  reprises à leur compte par les militaires argentins pour faire disparaitre définitivement après torture les opposants politiques.
    La ville de Cannes aurait pu éviter cela.
    Après les cautions de la famille LE PEN aux tortures, voilà que la municipalité UMP 'euh je voulais dire Les Républicains ?" se situe dans le même registre et met à l’honneur un homme dont les actes sont inacceptables, ce faisant elle tend à banaliser ces exactions.
    Nous n’avons vraiment pas tous vu et compris la même chose dans le « Je suis Charlie » du mois de janvier.

     

     

    Désolé pour la mauvaise qualité du scan ci-dessous

     

    « Pendant que la famille Le Pen s'étripe, il y a en France beaucoup trop de boue puante...Pourquoi les maires qui ont refusé d'appliquer la loi du 6 décembre 2012 n'ont jamais été poursuivi ? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :