• "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

     

     

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    L'avocate et figure féministe Gisèle Halimi est morte le 28 juillet à l'âge de 93 ans. Ses proches mais aussi de nombreux anonymes sont venus saluer une dernière fois son combat au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

     

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    Une centaine de personnes sont venues rendre un dernier hommage à Gisèle Halimi lors de ses obsèques au Père-Lachaise, le 6 août 2020 à Paris. (LEO TESCHER / RADIOFRANCE)

     

    "Merci Gisèle !" peut-on lire sur une pancarte devant le crématorium du Père-Lachaise à Paris le 6 août où une centaine de personnes s'étaient rassemblées pour les obsèques de l'avocate Gisèle Halimi, figure du féminisme morte le 28 juillet. Même si le combat continue, rappelle Josiane, militante depuis 1973 : "Le féminisme et la lutte des femmes, c'est un peu comme si on prenait un tapis roulant à l'envers. Dès qu'on arrête, on recule. C'est-à-dire qu'on ne peut pas s'arrêter. C'est une lutte qui n'arrête jamais".

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    Les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées le 6 août, au crematorium du Père Lachaise à Paris. (LEO TESCHER / RADIOFRANCE)

    Un exemple pour les jeunes avocates

    Une lutte héritée de la signataire du manifeste des 343 en 1971. Gisèle Halimi, la féministe mais aussi l'avocate à laquelle le bâtonnier de Paris est venu rendre hommage : "Elle a gardé toute sa vie cette énergie, ce courage incroyable de la défense qu'elle avait chevillé au corps. Moi, j'ai été frappé par l'émotion chez les jeunes. Elle a laissé un exemple et elle est aujourd'hui très présente dans toutes les mémoires, notamment de jeunes avocates aujourd'hui qui en font pour elles un exemple important".

    Maître Gisèle Halimi avait démarré au barreau de Tunis en 1949 et des Tunisiennes, comme l'ancienne députée de l'Assemblée constituante Nadia Chaabane, sont venues lui rendre hommage et lui laisser un mot dans le livre de condoléances.

    Je lui ai dédié un vers d' Abou El Kacem Chebbi, un des plus grands poètes tunisiens : 'Si un peuple veut vivre, le destin doit se plier'. Nadia Chaabane, femme politique tunisienneà franceinfo 

    "Gisèle Halimi a réussi à me convaincre de basculer de la lutte féministe à la lutte politique, de se battre pour des droits et les inscrire dans le marbre d'une Constitution", explique Nadia Chaabane. Une figure inspirante pour plusieurs générations de femmes, même si les féministes historiques regrettaient jeudi matin au cimetière du Père-Lachaise, l'absence de la nouvelle génération.

    SOURCE : https://www.francetvinfo.fr/societe/droits-des-femmes/elle-a-garde-toute-sa-vie-ce-courage-incroyable-cheville-au-corps-les-obseques-de-gisele-halimi-ont-ete-celebrees-a-paris_4067977.html 

    Gisèle Halimi, dernier hommage pour «un esprit libre et une militante courageuse»

    Les obsèques de l'avocate au cimetière du Père-Lachaise, jeudi, ont rassemblé amis, membres de la famille mais aussi des admirateurs de la «femme libre» disparue le 28 juillet.

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    • Gisèle Halimi, dernier hommage pour «un esprit libre et une militante courageuse»

    Pour Gilles, venu avec son fils, Gisèle Halimi est avant tout «un esprit libre et une militante courageuse qui a pris des risques dans tous ses combats». Un discours que partage Caroline Mecary, avocate au barreau de Paris, également présente aux obsèques : «C’est une femme et avocate qui a tracé un chemin absolument exceptionnel en faisant bouger les droits pour les femmes. Le parcours qu’elle a balisé, nous devons impérativement le continuer. C’est une très grande figure du barreau qui vient de disparaître.»

    «Une femme exceptionnelle»

    Au milieu des femmes de la génération de l’avocate popularisée par le procès de Bobigny en 1972, de plus jeunes figures sont présentes. Pour Cécile, une vingtaine d’années, «c’est en partie grâce à elle que l’avortement n’est plus considéré comme un crime et que l’on peut choisir sa maternité». Les combats de Gisèle Halimi pour la légalisation de l’avortement et la reconnaissance du viol comme un crime restent dans toutes les mémoires. «Elle a défendu des causes extrêmement importantes et difficiles. Elle a été injuriée, maltraitée. C’est une femme exceptionnelle», s’émeut Chantal qui a participé aux combats féministes des années 70.

    Quelques clientes de Gisèle Halimi étaient présentes pour ses obsèques. L’une d’elles, 88 ans, habite en banlieue parisienne et a tenu à venir rendre hommage à celle qui l’a sorti de l’enfer. Quatre enfants en quatre ans : tel était son quotidien dont elle voulait s’échapper. «On n’avait pas la contraception et l’avortement était illégal. On risquait la prison.» Seule solution : la clandestinité. «Je risquais ma vie à chaque fois. Je fermais les volets et je me faisais mon injection de permanganate de potassium dans l’utérus. J’en ai bavé.» Pour éviter la grossesse et les coups, elle dormait parfois dehors, attendant que son mari se soit endormi. Divorcer lui était impossible. Gisèle Halimi a su la conseiller pour la tirer d’affaire. «C’est grâce à elle que j’ai réussi à divorcer en 1979.»

    «On continuera à se battre»

    D’autres retiennent la militante pour tous les droits humains. Salim était boulanger. Il a perdu son commerce et touche le RSA. Il explique être le seul gilet jaune présent aux obsèques. Pour lui, «elle a eu beaucoup de courage et beaucoup d’ennemis». «Si elle avait été là, elle se serait battue pour des cas comme le [sien]». Ses combats contre le colonialisme en Algérie et aux côtés des Palestiniens restent également gravés dans les mémoires.

    Avant que la cérémonie ne s’achève, des chants s’élèvent. Bella Ciao est repris jusqu’à l’extérieur du bâtiment. Puis c’est au tour de L’Hymne des femmes – «Levons nous femmes esclaves et brisons nos entraves.» Des paroles scandées le poing levé pour que la lutte ne cesse pas. «On continuera à se battre. Il suffit d’une crise pour que les droits des femmes soient remis en question. Et ça, ce n’est pas possible», assène Cécile, la vingtaine. Des cris «Au Panthéon ! Au Panthéon !» et des applaudissements se confondent au terme de la cérémonie. Un engouement qu’Edouard, petit-fils de Gisèle Halimi, comprend. Pour lui, «ce sont comme deux cérémonies, une plus familiale et l’autre concernant sa vie publique et politique». Les deux étant indissociables.

    SOURCE : https://www.liberation.fr/france/2020/08/06/gisele-halimi-dernier-hommage-pour-un-esprit-libre-et-une-militante-courageuse_1796220

    Obsèques de Gisèle Halimi à Paris au son de "Bella Ciao" et de "l'Hymne des femmes"

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    Obsèques de Gisèle Halimi à Paris au son de "Bella Ciao" et de "l'Hymne des femmes" © AFP/Archives / Boyan Topaloff

    Les obsèques de l'avocate et figure féministe Gisèle Halimi, décédée le 28 juillet à l'âge de 93 ans, ont été célébrées jeudi à Paris en présence de plusieurs centaines de personnes, au son notamment de "Bella Ciao" et de "l'Hymne des femmes", a constaté un journaliste de l'AFP.

    Un grand portrait souriant de la défunte avait été exposé devant son cercueil, lors de cette cérémonie laïque organisé au crématorium du Père-Lachaise, où ses cendres reposeront au côté de celles de son mari Claude Faux.

    Gisèle Halimi "fait partie de ces personnes assez rares qui nous réveillent", a déclaré le philosophe et écrivain Regis Debray en hommage à l'avocate disparue.

    Il a confié avoir "compris grâce à elle" que le combat pour l'émancipation des femmes et celui pour l'émancipation des peuples ne faisaient qu'un. "Elle mérite de rester parmi nous comme un défi à toutes les convenances, les défis et les paresses", a-t-il estimé.

    Outre deux de ses trois fils, Serge Halimi et Emmanuel Faux, plusieurs personnalités se sont succédé pour évoquer la mémoire de cette inlassable combattante pour les droits des femmes, avocate engagée, ancienne députée et autrice.

    Parmi elles, le bâtonnier de Paris Olivier Cousi, l'ambassadeur d'Algérie en France Salah Lebdioui, des militantes de l'association "Choisir la cause des femmes" - qu'elle a fondée avec Simone de Beauvoir en 1971 - ou encore la journaliste du Monde Annick Cojean, qui a co-écrit son dernier livre, "Une farouche liberté", attendu le 19 août dans les librairies.

    La petite-fille de Djamila Boupacha - cette militante du FLN algérien que Gisèle Halimi avait défendue en 1960 en rendant publics les tortures et le viol dont elle avait été victime aux mains des militaires français - a lu un message émouvant de sa grand-mère : "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande soeur".

    Le président tunisien Kais Saied a transmis un message de sympathie, dans lequel il a évoqué notamment le lien "ombilical" de Gisèle Halimi avec son pays natal. Une place sera baptisée de son nom à Tunis ou à la Goulette, banlieue cosmopolite de la capitale tunisienne où elle a grandi, a précisé une diplomate tunisienne, présente à la cérémonie.

    Entré dans le crématorium au son de "Que serais-je sans toi" de Jean Ferrat et Aragon, le cercueil en en sorti sous les acclamations des proches et des anonymes, qui ont crié : "merci" et : "Gisèle Halimi au Panthéon !".

    "Ce serait une très très bonne idée, elle y a tout à fait sa place, par toutes les luttes qu'elle a menées", a commenté devant les journalistes son amie Martine Portnoé, qui a milité à ses côtés depuis 1972.

    SOURCE : https://www.lepoint.fr/societe/obseques-de-gisele-halimi-a-paris-au-son-de-bella-ciao-et-de-l-hymne-des-femmes-06-08-2020-2386940_23.php 

    Obsèques de Gisèle Halimi : ses fils dignes un hommage national à l'étude

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    Jeudi 6 août 2020 se tenaient les obsèques de Gisèle Halimi, à Paris. Sous un soleil de plomb, proches et personnalités ont salué la mémoire de cette figure importante du féminisme.

    Les obsèques de l'avocate et figure féministe Gisèle Halimi, morte le 28 juillet 2020 à l'âge de 93 ans, ont eu lieu jeudi 6 août 2020 à Paris. C'est au célèbre cimetière du Père-Lachaise, dans le 20e arrondissement de la capitale, que le rendez-vous était donné dans la matinée.

    Sur place, alors que la saison estivale bat son plein et que le coronavirus rôde encore, on a pu constater la présence d'une petite poignée de personnes, parmi lesquelles Jean-Yves Halimi, l'un des fils de la défunte, qui avait précédemment évoqué auprès de l'AFP la possibilité d'un hommage national à la rentrée. De quoi rendre plus dignement justice à celle qui avait fait de la lutte pour le féminisme le combat d'une vie. Des discussions "sont en cours", avait-il ajouté. A ses côtés, on a pu noter la présence de ses deux frères, Serge Halimi (dont le papa est Paul Halimi, premier mari de Gisèle Halimi) et Emmanuel Faux (dont le papa est Claude Faux, son deuxième époux). Dans son livre Histoire d'une passion, en 2011, elle ne cachait pas sa déception de ne pas avoir eu de fille. "J'ai exprimé à plusieurs reprises ma frustration. Ne pas avoir réussi à mettre au monde une fille", écrivait-elle dans un extrait partagé par Gala. Elle était en revanche une mamie à la relation excessive avec sa petite-fille Maud...

    Lors de ses obsèques, on a aussi pu voir quelques personnalités comme le dessinateur Plantu, la comédienne Catherine Hiegel ou encore l'écrivain Régis Debray. Etait aussi présente la journaliste du Monde Annick Cojean, qui avait signé avec la défunte le livre Une farouche liberté dont la sortie a été avancée au 19 août au lieu du 16 septembre comme prévu initialement, selon son éditeur Grasset.

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

     

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    "Elle a gardé toute sa vie ce courage incroyable chevillé au corps" : les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris

    SOURCE : https://www.purepeople.com/article/obseques-de-gisele-halimi-ses-fils-dignes-un-hommage-national-a-l-etude_a399515/1 

     

    « La réconciliation et l’apaisement des mémoires par l’HistoireUne écriture commune de l'histoire entre l'Algérie et la France "n'est pas possible" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :