• Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

     

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne  à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

    Le monument aux morts, l’un des rares pacifiques, est pourtant le théâtre d’une lutte

    entre les mémoires.

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre 2017 avait tourné à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?  Mais d'abord examinons de plus près quel est ce monument rare dit pacifique :

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne  à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

    Le monument aux morts de Dolus-d’Oléron est élevé sur une petite place paisible, animée aux heures scolaires par les enfants de l'école élémentaire. 

    Pas de soldat mourant ni de figure guerrière de Marianne brandissant le drapeau... Une femme enveloppée dans sa cape tient contre elle un enfant... 

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne  à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

    La première guerre a prélevé un nombre impressionnant de jeunes hommes à Dolus.  

    Leurs noms sont gravés sur trois plaques de marbre. 

    Certaines familles ont été décimées, père, fils, cousins y sont réunis !

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne  à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

    Le doigt de la veuve est dirigé vers le casque du soldat tué et sur les lauriers du sacrifice. 

    On se rappelle malgré soi le film de Kubrick, longtemps interdit en France, Les Sentiers de la Gloire qui raconte la révolte des jeunes hommes embourbés dans les tranchées et envoyés sans discernement à la boucherie. Combien parmi ces jeunes Oléronais sont allés mourir loin de leur île dans l'enfer bourbeux du nord ?

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne  à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

    L'orphelin baisse les yeux vers le sol et l'inscription : Souviens-toi.  

    Aujourd'hui cet enfant de la guerre de 14 repose lui aussi dans la terre. Je pense au poème de Victor Hugo sur les morts en mer : 

    Le corps se perd dans l'eau le nom dans la mémoire Le temps qui sur toute ombre en verse une plus noire...: 

    Il y a bien des ressemblances entre l'océan aveugle où disparaissent les noyés et la terre épaisse où sont ensevelis les mourants. 

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne  à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

    Aujourd'hui, la veuve et son fils, figés dans un calcaire que le vent de noroît use et pâtine, regardent courir les enfants à la sortie de l'école. 

    La mère ne cesse de montrer du doigt le nom des jeunes dolusiens qui ont donné leur vie.... afin qu'aucuns des enfants insouciants qui passent sur la place n'ait à donner la sienne.

     Que s'est-il passé le 11 novembre 2017 ?

    Constatez cette absurdité, des Anciens Combattants, 99 ans après la fin de la première guerre mondiale crient au scandale lorsqu’un maire entonne « La Chanson de Craonne » c’est toute la différence qu’il y a entre les partisans des « Va-t’en-guerre » et les partisans pacifistes, j’ai choisi mon camp depuis longtemps... D'ailleurs qui sont ces anciens combattants d'aujourd'hui... il ne reste quasiment plus que ceux qui ont participé à la sale guerre d'Algérie, avec ses crimes de guerre et d'Etat, avec ses 600 à 700 villages calcinés au napalm, autant d'Oradour-sur-Glane algériens, avec ses tortures, avec ses viols, avec ses "crevettes Bigeard"... c'était le temps de la France Coloniale, la France de la Honte... et les voilà ces anciens combattants fiers de leur guerre, fiers de leurs décorations, bombant le torse... peuvent-ils prétendre qu'ils en ont bavé autant que ceux de la Grande guerre 14-18 ? Aujourd'hui en 2018 je suis atteint  d'une terrible maladie inguérissable qui s'appelle la "bigeardesque " parce que je viens d'apprendre que certains anciens défenseurs de la France coloniale envoyaient des documents en provenance directe de la fachosphère disant qu'ils ont si peur " du grand remplacement "... J'apprends aussi qu'il existe des imposteurs chez les Anciens combattants... Honte à eux...

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne  à la polémique... Pour qui se prennent-ils ces anciens combattants "de la sale guerre d'Algérie ?

    écrit à la prison de Barberousse (Alger)

     en décembre 1957, par Leïla Djabali

    Leïla Djabali, " Pour mon tortionnaire, le lieutenant D... ", opus cité 




    Michel Dandelot

    Ancien appelé de la sale guerre d'Algérie

    Contre sa volonté

    A refusé la Croix du Combattant

    Et refuse le terme de combattant

     

    Pour conclure voici le commentaire d’un ami (avec son pseudo Germanicus) :

      "En quoi cela est-il antimilitariste ? Certains anciens combattants veulent exclure ceux qui ont été fusillés pour l'exemple, mais de quel droit ? Ils ont combattu  comme les autres contre l'envahisseur...Ils n'ont pu continuer, et alors ? C'est humain. Ces donneurs de leçons ont l'esprit rabougri et n'ont pas à décerner des brevets de patriotisme !"   et je vais habiller cet article à ma façon. Pour commencer écoutons Lionel Jospin :

     

    Ile d’Oléron : le 11 Novembre tourne

    à la polémique

    Le monument aux morts, l’un des rares pacifiques, est pourtant le théâtre d’une lutte entre les mémoires. Marie-claire Vergnol

    Les anciens combattants sont remontés après l’interprétation de la contestataire "Chanson de Craonne" samedi, à Dolus-d’Oléron. Le maire la justifie.

    La cérémonie du 11 Novembre n’a rien eu de la manifestation consensuelle en souvenir des soldats morts au combat, samedi midi à Dolus-d’Oléron. En cause, l’interprétation lors de l’hommage aux poilus de la « Chanson de Craonne ». Une chanson contestataire interdite lors de la Première Guerre mondiale en raison de ses accents antimilitaristes et qui reste aujourd’hui associée aux mutineries de 1917.

    Drapeaux retirés

    Porte-drapeaux et présidents des associations patriotiques présentes se sont retirés lorsque le maire, Grégory Gendre, a évoqué dans son discours les mutineries avant que ne soit entonné l’air de la chanson dont les paroles ont été distribuées au public. En présence de représentants de la toute nouvelle Association laïque des amis des monuments pacifistes de Charente-Maritime, dont le siège est… à Dolus, où trône depuis 1923 l’un de ces monuments représentant une veuve oléronnaise enveloppée dans sa cape tenant contre elle un orphelin. « Le maire anti-militariste n’a aucun respect pour les cérémonies patriotiques.

    Le président des anciens combattants de Dolus n’avait « jamais vu ça » en 46 célébrations du 11 Novembre

    Il a lu un texte faisant l’apologie de la rébellion (de 1917, NDLR) », tonne Bernard Narcisse, président des Anciens combattants de Dolus, qui n’avait « jamais vu ça » en 46 commémorations du 11 Novembre. Après avoir fait replier les drapeaux et s’être mis à l’écart, les anciens combattants sont revenus à l’issue de la cérémonie pour chanter a cappella « La Marseillaise ». Dans un communiqué de presse, une douzaine d’associations patriotiques disent « se réserver le droit d’interpeller le président de la République ainsi que les autorités départementales responsables des manifestations du centenaire de la Grande Guerre ». Ils ont aussi alerté la préfecture, « qui a demandé aux gendarmes qu’un rapport soit fait », reprend Bernard Narcisse.

    Un thème chaque année

    Président de l’Association des maires de Charente-Maritime, Michel Doublet (Les Républicains) a également réagi par voie de communiqué, en « condamnant l’attitude inqualifiable » de Grégory Gendre qui a « entonné un hymne offensant les anciens combattants ».

    « Ce n’est pas mon habitude d’aller aux commémorations. À l’invitation du maire, Grégory Gendre, j’y suis allée, je ne suis pas déçue ! », apprécie de son côté Martine Agenais, la présidente de l’Association laïque des amis des monuments pacifistes de Charente-Maritime.

    Déjà remarqué ces derniers mois pour son combat contre l’implantation d’un Mac Donald’s, Grégory Gendre estime être dans son droit, tout en reconnaissant ne pas être « le plus militariste » des édiles. « Nous avons décidé chaque année de donner un thème spécifique aux commémorations du 11 Novembre », explique-t-il. Ainsi en 2015, 95 hommes vivants ont symbolisé les 95 victimes. Les attaques du général Nivelles et les mutineries de 1917 ont constitué le fil rouge de cette cérémonie que Grégory Gendre justifie doublement. D’abord en faisant référence au discours prononcé par Lionel Jospin, alors Premier ministre, le 11 novembre 1998 à Craonne. Ensuite en indiquant que le site Internet de la mission du centenaire reprend les paroles de la « Chanson de Craonne ». « C’est notre histoire commune à tous », assure-t-il. Le thème de l’année prochaine fera peut-être moins parler : le bilan économique et industriel de cette guerre.

    Le témoignage de Francisco GR...

    La réaction « d’associations d’anciens combattants » suite à la diffusion de la chanson de Craonne à la cérémonie du 11 novembre à Dolus me parait déplacée. Pourquoi ?
    Tout d’abord son refrain : « Adieu la vie, Adieu l’amour, Adieu toutes les femmes, C’est bien fini, c’est pour toujours, De cette guerre infâme, C’est à Craonne sur le plateau, Qu’on doit laisser sa peau, Car nous sommes tous condamnés. Nous sommes les sacrifiés.» me semble être un morceau d’anthologie de la poésie française.

    Cette chanson fut chantée par les soldats qui ont été mobilisés dans cette guerre terrible pour les populations, qui se sont mutinés, après l’offensive très meurtrière et désastreuse du général Nivelle au Chemin des Dames. Évidemment, ces mutineries furent durement réprimées, notamment par le général Pétain, qui n’hésita pas à faire condamner à mort 629 soldats dont 75 seront effectivement exécutés, 1380 peines de prison, 1400 peines de suppression de permission et de mise en première ligne.. Et cette répression s’abattit aussi sur les mutins anglais (306 exécutions), les mutins italiens (750 exécutions) et sur les Russes (les événements de la Courtine) (voir le livre "14-18, les sacrifiés" de Paul Markidès) : Ces soldats des tranchées méritent le respect.

    Continuons à diffuser cette chanson, enseignons-là aux jeunes, transmettons-là à nos connaissances sans relâche, vive la paix !  


     

     

    « Revue de presse du 3 novembre 2018Le fils de Gillo Pontecorvo se confie à Algeriepatriotique »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter