• La tragédie du 8 mai 1945 en Algérie

      

    La tragédie du 8 mai 1945

    en Algérie

    Jeudi 28 avril 2016, par 4ACG

    Le 8 mai 1945, alors que la France manifeste sa joie d’être enfin libérée du nazisme, plusieurs villes algériennes célèbrent elles aussi la signature de l’armistice et la fin d’une guerre de six ans à laquelle ont participé des dizaines de milliers de soldats algériens.

    Ce jour-là, une manifestation pacifique est organisée à Sétif. Un jeune scout brandit le drapeau algérien, signifiant ainsi le désir d’indépendance qui commence à poindre en Algérie. C’est alors qu’un policier français sort son arme et tire. Saal Bouzid est tué sur le coup. En réaction, des manifestants s’en prennent aux européens, dont une centaine seront assassinés par la foule. La répression sera terrible, sanglante, démesurée. Durant plusieurs semaines, la région de Sétif, Guelma et Kherrata verra se dérouler les massacres les plus horribles, perpétrés par l’armée française et des milices civiles composées d’européens. Des villages entiers sont rasés, leurs habitants arrêtés, torturés, exécutés.

    Soixante-et-onze ans après, la plupart des historiens français parlent de milliers, voire de dizaines de milliers de morts parmi la population algérienne. Cette date du 8 mai 1945 est souvent considérée par ces mêmes historiens comme le véritable début, neuf ans plus tard, de la guerre d’Algérie.

    Le 19 mars 2016, le Président de la République a reconnu « injuste » le système colonial. Aujourd’hui, le Collectif  L’autre 8 mai 45, composé de nombreuses associations dans toute la France, dont la 4ACG, demande aux plus hautes autorités de l’Etat de reconnaître enfin ces assassinats de masse en tant que crimes d’Etat.

    Depuis l’an dernier, plusieurs municipalités ont déjà voté et adopté un vœu allant dans ce sens. Le conseil municipal de Paris l’a adopté en mai 2015 à l’unanimité.

    Outre cette reconnaissance officielle, le Collectif L’Autre 8 mai 45  demande avec insistance l’ouverture de toutes les archives concernant cette période, ainsi que la période de la guerre d’Algérie, afin que la vérité soit dite et que les relations entre les peuples algérien et français soient débarrassées de tous les non-dits et de toutes les ambiguïtés qui les empêchent encore aujourd’hui de se développer dans l’amitié et la fraternité.

    Dans de nombreuses villes de France, des manifestations seront organisées le 8 mai 2016 pour que la tragédie du 8 mai 45 en Algérie soit reconnue par l’Etat français. A Paris, le rassemblement aura lieu à 16h sur le Parvis de l’Hôtel de Ville, avec notamment une prise de parole d’un membre de la 4ACG. A la même heure, un rassemblement est prévu à Rennes au square de Sétif, suivi à 17h30 à l’auditorium de la MIR, de la projection d’un film sur le général de Bollardière (voir document joint).

    « Travail forcé et exploitation coloniale : souvenons-nous ! Et rappelons-nous aussi des massacres du 8 mai 1945 en AlgérieDéfense d'Abdeslam. Le rôle difficile des avocats de grands criminels et la torture pendant la guerre d'Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :