• Quand des pieds-noirs nostalgiques nient l’existence des Accords d’Evian

     

    Quand des pieds-noirs nostalgiques nient l’existence

    des Accords d’Evian

     

    Quand des pieds-noirs nostalgiques nient l’existence des Accords d’Evian

    Manifestation de pieds-noirs à Toulon, dans le sud de la France. New Press

     

    Par Houari Achouri – Près de cinquante-six ans après les faits, il y a encore des nostalgiques de l’Algérie française, parmi ceux que l’on appelait les pieds-noirs, pour occulter une vérité historique évidente et incontestable, à savoir la signature, le 18 mars 1962, des Accords d’Evian qui ont ouvert la voie à l’exercice par le peuple algérien de son droit à l’autodétermination et donc à l’indépendance qui a été l’objectif de la lutte armée qu’il a menée plus de sept ans durant, depuis le 1er novembre 1954.

    Ainsi, une certaine Anne Cazal, présentée comme fondatrice de Véritas, une organisation de «nostalgiques», n’hésite pas à parler à la fois de forfaiture commise par le général De Gaulle et de «prétendus» Accords d’Evian qui auraient constitué, à ses yeux, «un viol historique et incontestable en droit de la Constitution française». Dans l’argumentaire de Cazal, De Gaulle en prend pour son grade de général accolé aux qualificatifs de «président-dictateur-menteur».

    Attachée au slogan ridicule seriné par la propagande colonialiste qui prétendait que «comme la Seine traverse Paris, la Méditerranée traverse la France» ou plus ridicule encore celui qui affirmait que «de Dunkerke à Tamanrasset, un seul pays, la France», Cazal accuse le général De Gaulle d’avoir porté atteinte à «l’intégrité du territoire national (…) puisqu’il s’agissait de livrer à l’ennemi FLN quinze départements français d’une surface de deux millions cinq cent mille km2 !» autrement dit, précise-t-elle, «une amputation illégale des 4/5e du territoire national français que le Conseil constitutionnel de l’époque s’est déshonoré en ne l’ayant pas vue, ou en n’ayant pas voulu la voir !» (ces passages sont soulignés par elle).

    Elle s’en prend également à l’ancien président français François Hollande et à son gouvernement, ainsi qu’«aux parlementaires français, députés et sénateurs et aux neuf sages qui composent aujourd’hui le Conseil constitutionnel», qui savaient tout cela, dit-elle, et qui ont osé, pourtant, «promulguer une loi instaurant le 19 mars comme Journée nationale de souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie».

    Bien plus d’un demi-siècle après les faits, le débat «franco-français» sur le rôle du général De Gaulle dans sa conduite de la guerre qu’il a menée aux Algériens, du temps où il était président de la France, n’est pas fini, comme le montrent les réflexions tardives de Cazal. La fondatrice du rassemblement des nostalgiques de l’Algérie française admet toutefois que la guerre d’Algérie est terminée même si l’issue victorieuse du peuple algérien, concrétisée par l’indépendance, lui est restée en travers de la gorge.

    Curieusement, la présidente de Véritas ne dit pas un seul mot sur l’OAS dont les membres criminels ont été les précurseurs des attentats à la voiture piégée et des tueries aveugles de masse. Comme si la violence particulièrement sauvage et meurtrière de cette organisation était pour rien dans l’exode désespéré des pieds-noirs, par dizaines de milliers, en bateau et en avion, qui suivit l’annonce des Accords d’Evian qu’ils ont considérés comme l’acte attestant de la victoire du peuple algérien. Mais c’est un autre chapitre du débat franco-français sur la guerre d’Algérie.

    H. A.

    SOURCE : https://www.algeriepatriotique.com/2017/10/06/nostalgiques-de-lalgerie-francaise-nient-lexistence-accords-devian/

     

    Je vous donne le lien où sont puisées les informations de cet article, j’espère que vous aurez le courage de lire ces lignes nauséabondes sans vomir, sachez bien que ces nostalgériques extrémistes disparaîtront, comme nous tous, avec une différence essentielle, la haine éternelle qui les mine et qu'ils vouent  à tous ces Français ayant enfin accordé l’indépendance méritée à l’Algérie, en votant "OUI" à plus de 90 % lors du référendum  du 8 avril 1962 proposé par le général de Gaulle.

    Quand des pieds-noirs nostalgiques nient l’existence des Accords d’Evian

     Comme d'habitude ils occultent l'OAS

    cette organisation terroriste et criminelle

    responsable de 2700 victimes

     en Algérie et en France 

    Quand des pieds-noirs nostalgiques nient l’existence des Accords d’Evian

    http://ripostelaique.com/19-mars-1962-les-preuves-irrefutables-dune-forfaiture.html 

    Quand des pieds-noirs nostalgiques nient l’existence des Accords d’Evian

    Contexte historique

    Le 18 mars 1962, les négociations entre la France et les représentants du GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) aboutissent à la signature des accords d'Evian sur l'indépendance algérienne. C'est la fin de huit années de guerre. Le cessez-le-feu intervient le 19 mars à midi.

    Reste à mettre en œuvre le principe d'indépendance de l'Algérie. Il doit être ratifié par le peuple français. De Gaulle recourt à la consultation par référendum. Le 8 avril, les Français de métropole (ceux d'Algérie sont exclus du vote) se rendent aux isoloirs pour répondre par "oui" ou par "non" à une double question : ratifient-ils les accords d'Evian? et conférent-ils les pouvoirs nécessaires au président de la République pour leur mise en œuvre ?

    Le 8 avril, le verdict des urnes est une "absolution" de la politique gaullienne. S'expliquant par le profond désir de la population d'en terminer avec la guerre, le succès du "oui" est en effet écrasant. Certes, 24,4% des Français se sont abstenus,  mais 90,7% des suffrages exprimés sont pour l'indépendance. Le 1er juillet, 99,7% des électeurs européens et musulmans d'Algérie diront à leur tour "oui" à l'indépendance. Et le 3 juillet, le général de Gaulle peut proclamer officiellement la naissance de l'Algérie souveraine.[Alain Gérard Slama, La Guerre d'Algérie. Histoire d'une déchirure, Gallimard, 1996]

    « Castres, la guerre d'Algérie vue par le réalisateur Emmanuel Audrain et des anciens appelés *** Lettre de la 4acg au Président de la RépubliqueUne Nuit Blanche pour commémorer le massacre du 17 octobre 1961 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter