• "UNE PROPOSITION DE LOI INIQUE QUI DISQUALIFIE À TOUT JAMAIS SES AUTEURS" vigoureusement contestée par Daniel Videlier *** Le commentaire de Jacques Cros

    UNE PROPOSITION DE LOI INIQUE QUI DISQUALIFIE À TOUT JAMAIS SES AUTEURS

    Daniel Videlier

    UNE PROPOSITION DE LOI INIQUE
     

    QUI DISQUALIFIE À TOUT JAMAIS
     

    SES AUTEURS

    Regardons tout d’abord, avant d’examiner le fond, l’environnement de ce projet de loi.
    Il est proposé par 29 députés, 3 femmes et 26 hommes, dont aucun, au vu de leur âge, n’a participé de près ou de loin à la guerre d’Algérie.
    Notons aussi que la députée qui semble entraîner ce groupe, est née en octobre 1962 à Alicante en Espagne, soit six mois après la fin de la guerre d’Algérie... pourquoi à Alicante ? parce que papa, membre influent de l’O.A.S. et condamné pour cela en France était parti se réfugier avec toute sa famille dans les bras démocratiques de Franco, le grand humaniste !
    Notons enfin que près de la moitié des signataires de ce texte sont députés de l’extrême (au sens géographique du terme, bien sûr !) sud-est fort accueillant pour les rapatriés pieds-noirs et qu’il est temps, à un an des élections, de « faire quelque chose » pour eux !
    Ce tour d’horizon fait, entrons maintenant dans le vif du sujet et examinons l’exposé des motifs :
    La loi du 6 décembre 2012 a, disent-ils, « été imposée sans concertation », mais une loi est d’abord, comme celle dont il est ici question, un projet de loi discuté au parlement ; il n’est donc pas « imposé » et il y a « concertation » : si lors du vote il recueille la majorité il est accepté, sinon il est rejeté ! C’est tellement évident que l’on peut s’étonner que dès les premiers mots, les présentateurs de ce projet de loi se fourvoient dans un vocabulaire inadapté ! Mais poursuivons notre lecture...
    Deux lignes plus loin il est question d’un « prétendu cessez-le-feu » ! mais nous étions en guerre, (même si ce mot, guerre, n’a été retenu que 37 ans plus tard !) il s’agit donc d’un cessez-le-feu militaire parfaitement accepté par les deux parties, après plus de sept ans et demi de combats qui firent 30 000 morts parmi les soldats français, pour la grande majorité d’entre eux, appelés du contingent, et près d’une centaine de milliers de blessés tant physiques que psychologiques. Et en bons pompiers pyromanes ce sont ceux qui malgré tout, malgré tous ont continué les exactions, les assassinats à tout va, les meurtres d’innocents par le biais d’une prétendue Organisation Armée Secrète créant ainsi face au FLN une escalade mortelle du type « la valise ou le cercueil » et faisant passer le chiffre prévu de Français décidés à rester en Algérie de 800 000 (estimation du gouvernement français) à moins de 100 000, ce sont eux, bien sûr, qui considèrent qu’il s’agit d’un «prétendu cessez-le-feu !»
    Mais poursuivons notre lecture : cette date du 19 Mars 1962 signifie bel et bien « la fin des combats en Algérie » car les règlements de compte qui suivirent ne sauraient être appelés «combats».
    Et il ne s’agit ni de « défaite » ni « d’abandon » et moins encore d’une « célébration », mais le 19 mars est une journée de souvenir et de recueillement et la « confusion indéniable » est savamment entretenue par ceux-là mêmes qui se plaignent de son existence !
    Mais le pire n’est pas encore atteint : mais oui, pourquoi n’y avons-nous pas pensé plus tôt! une « date neutre », le 5 décembre par exemple, qui ne correspond à rien sinon à l’anniversaire de la mort de Mozart ! voilà un bon choix ! une « date neutre » qui ne signifie rien ! une date avec un jour, un mois, mais pas d’année ! le 11 novembre, le 8 mai correspondent à une année et à un fait ; 1918, armistice ; 1945, victoire ; 1962, fin des combats.
    Quant à « dépassionner le débat », quel mépris une fois encore pour les 30 000 morts, jeunes appelés de l’armée française !
    Alors, Mesdames et Messieurs les 29 députés qui, contre vents et marées entretenez de vieilles rancoeurs et des propos aigris, regardez enfin devant vous et 54 ans après aspirez sinon au « respect » au moins à la « tranquillité » !

    "UNE PROPOSITION DE LOI INIQUE QUI DISQUALIFIE À TOUT JAMAIS SES AUTEURS" vigoureusement contestée par Daniel Videlier et rappelons-nous de sa guerre d'Algérie

     

     

     

     

     

     

     

    Daniel VIDELIER

    Alors de quelle proposition de loi nous est signalée

    par Daniel Videlier ?

     

    L'opposition de droite a déposé une proposition de loi visant à abroger la date du 19 mars, retenue dans la loi de 6 décembre 2012... Que va-t-il se passer dans les années prochaines ?

    Le pire pourrait être à venir !!!

    L'opposition de droite a déposé une proposition de loi visant à abroger la date du 19 mars, retenue dans la loi de 6 décembre 2012

    L'opposition de droite a déposé une proposition de loi visant à abroger la date du 19 mars, retenue dans la loi de 6 décembre 2012... Que va-t-il se passer dans les années prochaines ?

    La mémoire de la guerre d'Algérie de nouveau

    dans le débat politique en France

    La question sensible de la mémoire de la guerre d'Algérie revient dans le débat politique en France, l'opposition de droite a déposé une proposition de loi visant à abroger la date du 19 mars, retenue dans une loi de 2012 pour en faire une journée nationale à la mémoire des victimes du conflit algérien. Cette date n'en finit pas de susciter la polémique parmi les anciens protagonistes.
    La proposition de loi est portée par cinq députés du sud de la France, où sont installés de nombreux "pieds-noirs", les Français rapatriés d'Algérie, électorat traditionnellement à droite.
    Ces députés jugent "déplorable" le choix du 19 mars 1962, date du cessez-le-feu au lendemain des accords d'Evian qui ont posé les jalons de l'indépendance de l'Algérie après 132 ans de présence française.
    Le cessez-le-feu reste en effet une blessure pour la communauté "pied-noir", contrainte à l'exil après 1962 et qui représente aujourd'hui un million de personnes en France, ainsi que pour les harkis, qui estiment que le 19 mars 1962 marque le début de leur "massacre".
    Le mois dernier, le président socialiste François Hollande a justifié cette date de commémoration en expliquant qu'elle marquait "le début de la sortie de la guerre".
    La guerre d'Algérie reste une plaie qui n'en finit pas de cicatriser dans l'histoire française. La guerre n'a été qualifiée comme telle qu'en 1999 par les autorités françaises, qui parlaient jusque là de simples "événements d'Algérie".

    Source AFP

    SOURCE : http://www.atlasinfo.fr/La-memoire-de-la-guerre-d-Algerie-de-nouveau-dans-le-debat-politique-en-France_a70916.html 

    L'opposition de droite a déposé une proposition de loi visant à abroger la date du 19 mars, retenue dans la loi de 6 décembre 2012... Que va-t-il se passer dans les années prochaines ?

     L'opposition de droite a déposé une proposition de loi visant à abroger la date du 19 mars, retenue dans la loi de 6 décembre 2012... Que va-t-il se passer dans les années prochaines ?

    N° 3631

    _____ 

    ASSEMBLÉE NATIONALE

    CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

    QUATORZIÈME LÉGISLATURE

    Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 5 avril 2016.

    PROPOSITION DE LOI 

    portant abrogation de la loi n° 2012-1361 du 6 décembre 2012
    relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale
    du souvenir et de recueillement à la mémoire
    des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie
    et des combats en Tunisie et au Maroc,

    (Renvoyée à la commission de la défense nationale et des armées, à défaut de constitution
    d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

    présentée par Mesdames et Messieurs

    Michèle TABAROT, Élie ABOUD, Philippe VITEL, Laurence ARRIBAGÉ, Julien AUBERT, Olivier AUDIBERT TROIN, Valérie BOYER, Édouard COURTIAL, Jean-Michel COUVE, Marc-Philippe DAUBRESSE, Bernard DEBRÉ, Laurent FURST, Sauveur GANDOLFI-SCHEIT, Claude GOASGUEN, Philippe GOSSELIN, Jean-Claude GUIBAL, Sébastien HUYGHE, Lionnel LUCA, Jean-François MANCEL, Alain MARSAUD, Jean-Claude MATHIS, Yannick MOREAU, Axel PONIATOWSKI, Lionel TARDY, Jean-Pierre DOOR, Jean LEONETTI, Guy TEISSIER, Michel HEINRICH, Fernand SIRÉ,

    députés.

    EXPOSÉ DES MOTIFS

    Mesdames, Messieurs,

    La loi n° 2012-1361 du 6 décembre 2012 a imposé, sans concertation, une journée nationale du souvenir à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, fixée au 19 mars, date d’entrée en vigueur du prétendu cessez-le-feu qui découla des accords d’Évian.

    Le choix de cette date est déplorable tant sur la forme que sur le fond.

    Sur la forme, ce texte avait été voté par l’Assemblée nationale en première lecture le 22 janvier 2002. Ce n’est qu’après le retour d’une majorité présidentielle de la même sensibilité, survenu en 2012, que ce texte a été présenté au Sénat. La Haute Assemblée l’a donc adopté plus de dix ans après, permettant sa promulgation sans que les députés ne puissent se prononcer à nouveau, ni un débat public avoir lieu.

    Sur le fond, les commémorations du 19 mars ont toujours été au cœur d’un vif débat.

    Voulue par quelques associations largement minoritaires, elle est rejetée par l’écrasante majorité des anciens combattants, des pieds-noirs et des harkis.

    Il ne saurait en être autrement puisque le 19 mars 1962 est une blessure encore très présente. Cette date n’a jamais signifié la fin des combats en Algérie. Des milliers de pieds-noirs et harkis ont perdu la vie les mois qui s’ensuivirent, dans les massacres de la rue d’Isly, à Oran et dans tant d’autres lieux de sinistre mémoire.

    Le 19 mars est aussi un synonyme de défaite et d’abandon. Il a marqué le retour forcé en métropole des pieds-noirs dont on sait qu’ils ont eu à subir des conditions d’accueil déplorables et qu’aujourd’hui encore ils doivent se battre pour leur réhabilitation.

    Célébrer cette défaite, comme nous le faisons pour nos victoires ou nos instants glorieux, serait une source de confusion indéniable pour nos concitoyens.

    Le Président Chirac avait parfaitement compris cette réalité en faisant le choix d’une date neutre, le 5 décembre, comme journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

    Il était ainsi parvenu à dépassionner le débat et à apaiser les esprits comme le souhaitent les pieds-noirs et les harkis qui, cinquante-quatre ans après, aspirent légitimement au respect et à la tranquillité.

    La loi du 6 décembre 2012 est vécue comme une offense inacceptable et inutile à leur mémoire.

    La présente proposition de loi vise donc à son abrogation.

    PROPOSITION DE LOI

    Article unique 

    La loi n° 2012-1361 du 6 décembre 2012 relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc est abrogée.


    © Assemblée nationale

     

    "UNE PROPOSITION DE LOI INIQUE QUI DISQUALIFIE À TOUT JAMAIS SES AUTEURS" vigoureusement contestée par Daniel Videlier *** Le commentaire de Jacques Cros

     

    Elie Aboud n’a toujours pas compris

     par Jacques CROS

     

    "UNE PROPOSITION DE LOI INIQUE QUI DISQUALIFIE À TOUT JAMAIS SES AUTEURS" vigoureusement contestée par Daniel Videlier

     

    Nous avons appris qu’il fait partie de ces députés qui ont déposé un projet de modification d’une loi adoptée le 6 décembre 2012 et qui fait du 19 mars la journée du souvenir des guerres d’Afrique du Nord.

    Des élus du sud de la France et de la droite n’ont visiblement pas compris la signification de cette date. Rappelons que le 19 mars 1962, intervenait, en application des Accords d’Evian signés la veille, un cessez-le-feu qui mettait fin à des combats qui duraient depuis plus de sept ans.

    Ce 19 mars 1962 ouvrait des perspectives pour l’indépendance de l’Algérie et la fin d’un colonialisme qui s’exerçait dans ce pays depuis 132 ans. Monsieur Aboud refuse de reconnaître la portée de l’événement. Mais que cherche-t-il ?

    A damer le pion à Robert Ménard auprès des Pieds Noirs qui votent dans sa circonscription ? Dans cet objectif à redorer le blason de l’idéologie colonialiste ? C’est vrai qu’elle  permet de justifier l’envoi de corps expéditionnaires en différents points de la planète. C’est vrai aussi qu’elle masque la responsabilité du capitalisme dans la crise que nous subissons. Comme Elie Aboud n’a, pas plus que les socialistes, l’intention de mettre fin à ce système social, c’est bien commode de trouver un bouc émissaire avec les immigrés.

    Alors le 5 décembre ? Oui, pourquoi pas ? Cette deuxième date n’étant pas encore abolie (pourquoi au fait ?) elle va servir de position de repli stratégique à tous les nostalgériques et à ceux qui ne veulent pas affronter la logique de violence qui avait été développée au temps de la guerre d’Algérie.

    Mon dieu que la guerre était jolie, avec son cortège d’exactions, de tortures, d’exécutions, sommaires ou non, de ratissages, de bouclages, et la mort de près de 30 000 appelés du contingent, sans oublier les blessures, physiques ou psychologiques qui les ont accompagnés.

    Et ne me parlez pas des harkis. Le 19 mars 1962 ils ont tiré à Géryville, où je me trouvais, sur la foule de leurs compatriotes qui manifestaient leur satisfaction de la fin de la guerre et de la perspective de leur libération.

    Monsieur Aboud l’histoire vous jugera, pour moi c’est déjà fait ! Par courtoisie je ne dirai pas dans quel mépris je vous tiens, mais vous pouvez l’imaginer !

     

    Jacques Cros

     

     

    "UNE PROPOSITION DE LOI INIQUE QUI DISQUALIFIE À TOUT JAMAIS SES AUTEURS" vigoureusement contestée par Daniel Videlier *** Le commentaire de Jacques Cros

     



     

     

     

     

    « Voici une parodie pleine d'humour et d'actualités "Quand il faut prévenir ta copine que l'Euro 2016 commence, rien de mieux qu'une parodie Lolywoodienne de Francis Cabrel !"Les messagers de la haine »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter