• A propos d’occupation... ça ne vous rappelle rien ? vous les appelés et rappelés de la guerre d'Algérie

    A propos d’occupation... ça ne vous rappelle rien ? vous les appelés et rappelés de la guerre d'Algérie

    A propos d’occupation... ça ne vous rappelle rien ?

    http://www.4acg.org/A-propos-d-occupation-ca-ne-vous 

    Samedi 2 août 2014, par Jean-Yves Mahé  

    Avez-vous entendu parler du livre noir de l’occupation israélienne ?
    En ces temps où Israël fait parler de lui en continuant son œuvre de colonisation malgré et contre la pression extérieure, il peut être bon d’aller y voir de plus près et de plonger dans le cœur même de ce pays.

    En octobre 2013 est paru « Le livre noir de l’occupation israélienne : les soldats racontent »
    Ce document donne la parole à de jeunes soldats israéliens qui se sont trouvés – comme nous les Français de 1954 à 1962 en Algérie – à mettre en œuvre une politique d’occupation qui ne dit pas son nom. Ce document reprend 140 des 700 témoignages recueillis entre 2000 et 2010. Ils émanent de soldats ayant « servi » à Gaza, Hébron… et aussi les villages de Cisjordanie….
    Dans ce document, on retrouve l’indifférence de la hiérarchie et aussi des médias (tiens donc !)
    On y retrouve aussi tout ce que nous avons connu en Algérie de 1954 à 1962 :
    * Les actes d’humiliation et de violence contre une population perçue comme une menace permanente ;
    *  Le silence général des militaires quand ils reviennent dans leurs familles
    * Les crimes de guerre commis par l’armée, qui se moque des instances internationales
    * Les rhétoriques de l’armée présentant toujours sa mission comme défensive, estompant ainsi le caractère offensif de ses actions : expropriations de résidents, annexion de grands territoires
    *  Le contrôle resserré de la population civile, la politique d’intimidation, etc. etc.

    En lisant leurs témoignages, on est frappé de voir comment la violence se banalise dans le quotidien des soldats, tout devient naturel, leur conscience s’enlise. Certains soldats n’ont plus d’état d’âme : « tu entrais dans une maison, tu t’installais quelques jours et tu laissais l’endroit complètement ruiné... il y avait du pillage, bien sûr ».
    « Depuis ce jour où je me suis engagé, je voulais empêcher ce genre de choses et voilà que je ne fais rien... Est-ce que c’est acceptable ? Je me rappelle cette réponse : oui c’est acceptable ! »
    « Il frappe un arabe, un gamin et je ne fais rien… »

    Étonnant non, le parallèle qu’on ne peut s’empêcher de faire entre la pratique actuelle d’Israël et celle de la France en Algérie de 1954 à 1962… Autant de gestes que nous, adhérents de la 4AcG, dénonçons actuellement, à défaut - peut-être - de l’avoir fait suffisamment à l’époque.

    Alors, au nom de quoi n’aurions-nous pas le souci de décrier le comportement du pouvoir actuel d’Israël ? C’est pourquoi, mon choix, mes options, ma préférence vont vers le peuple palestinien, je dis bien le peuple palestinien… qui souffre beaucoup.
    Ils sont tournés vers la condamnation de l’État Israélien qui ne respecte pas les décisions de l’ONU et continue son « travail » de colonisation... et de destruction de l’humanité de ses soldats.

    Je désire être une voix de plus pour dénoncer la déshumanisation provoquée dans toute guerre… pour leurs victimes comme pour leurs auteurs.

    Jean-Yves Mahé 


    http://www.autrement.com/ouvrage/le-livre-noir-de-loccupation-israelienne 

    Le livre noir de l'occupation israélienne

    les soldats racontent

     

    « C'est un monde complètement différent là-bas, avec des règles complètement différentes. Dans ce monde-ci, cette histoire est inacceptable, en tout cas pour moi... Là-bas, c'est tellement naturel.
    Les règles sont tellement différentes.
    Personne ne comprend ça à moins d'avoir été là-bas. »
    Réveiller un village en pleine nuit à coups de grenades pour faire régner la terreur, démolir des maisons au prétexte de chercher des armes qui ne s'y trouvent pas, passer à tabac des prisonniers menottés, participer à des opérations de vengeance meurtrière, arrêter des enfants, annexer des terres, tuer et s'en trouver félicité : dans les Territoires occupés de Palestine, l'insupportable est devenu banal.
    En 145 témoignages, les soldats de l'armée israélienne racontent leur quotidien fait de violences ordinaires et de tensions permanentes.
    Dans ce que certains décrivent comme un Far West, les limites morales de chacun sont sans cesse mises à l'épreuve. Et tous sont marqués à vie.
    Dix ans d'enquête ont permis à l'organisation Breaking the Silence de récolter ces paroles de guerre qui disent les objectifs réels de la politique israélienne dans les Territoires : renforcer son emprise sur la terre et contrôler la population palestinienne.

     

     

    « Quand les appelés d’Algérie s’éveillent... ET Traumatismes de guerre : du raccommodement par l’écritureCeci n'est qu'une brève... nous reviendrons en temps et en heure : DEBARQUEMENT DE PROVENCE 1944 – 2014… Et revoilà les héritiers de l’OAS, ils écrivent… »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :