• Fusillés pour l'exemple : ces soldats tués pour et par la France *** Hommage à un Bourguignon de Dijon

     

    Fusillés pour l'exemple : ces soldats tués

    pour et par la France

    Hommage à un Bourguignon de Dijon

    Fusillés pour l'exemple : ces soldats tués pour et par la France

    Portraits réalisés grâce notamment aux associations et aux Archives départementales

    Août 1914, c'est la mobilisation générale. Des milliers d'hommes sont appelés au combat. Des soldats mais pour la plupart des agriculteurs, des ouvriers, des citoyens en âge de défendre leur patrie. Dans la boue, la peur et la mort, les Poilus combattent les troupes allemandes. Quatre ans durant dans les tranchées, ils ont affronté des conditions d'une violence inouïe. Les balles sifflent, les obus pleuvent, les corps s'entassent. La France subira le plus lourd tribut avec des millions de morts, disparus, blessés...

    "Quand toute une troupe était accusée..."

    Dans cette boucherie militaire, une autre histoire se dessine. Sous l'horreur des bombardements, certains soldats sont tués pour la France et par la France. Ils s'appellent Jules, Alphonse et Louis. Ils sont, officiellement, 639 fusillés pour l'exemple. Ni des lâches, ni des traîtres, ils ont commis le seul crime d'avoir eu peur face à l'ennemi. Ils ont subi la double peine de la guerre et de l'humiliation.

    Après avoir été condamnés à mort par un tribunal militaire sommaire, ils ont tous été fusillés par les leurs. Et leurs familles prostrées dans la honte en ont subi les conséquences. "C'était un déshonneur terrible" explique Marc Pouyet, président de la Libre pensée 04. "Quand toute une troupe était accusée, ils tiraient au sort les condamnés à mort. Ils ont été accusés à tort. Ils avaient le droit de dire non et d'avoir peur."

    Aujourd'hui, de nombreuses associations et élus demandent une réhabilitation collective de ces hommes, car plus de 100 ans après les faits, les témoins ont disparu, certains documents aussi, aucune révision individuelle n'est donc possible. "Tout le monde sait. Le film "Les sentiers de la gloire" de Kubrick en 1957 en faisait déjà état. On ne lâchera pas car la justice passe par la réhabilitation. Les Anglais l'ont fait, les Allemands aussi. En France, il y a toujours une réticence..." 


    Un monument en leur nom

    "L'opprobre s'est répandu sur les familles. Il a fallu pour elles vivre avec ce déshonneur et cette infamie publique qui se sont ajoutés à la douleur de la perte d'un être cher. [...]Les plus hautes autorités de la République reconnaissent désormais qu'ils n'étaient point des lâches mais qu'ils étaient avant tout des victimes de la guerre. [...]Ils n'étaient pas coupables. Alors ils étaient innocents des crimes qu'on leur a attribués. Il faut les réhabiliter ! Notre honneur est notre droit, la justice nous est due." Cet extrait de l'appel à la République des descendants des familles des fusillés pour l'exemple publié pour la première fois en janvier 2017 a été signé par 28 familles auxquelles se sont, depuis, ajoutées 56 autres.

    Une souscription a été lancée par l'association nationale Libre pensée pour ériger un monument sur la ligne de front en l'honneur de ces hommes. Ce monument devrait être inauguré en 2018.


    Les Alpes mobilisées face à un gouvernement timide

    Dans le département, les associations Libre Pensée 04, le mouvement de la Paix 04, la Ligue des droits de l'homme, les anciens combattants (ANACR et ARAC) sont unis dans ce long combat de réhabilitation collective. Dans le cadre des commémorations du Centenaire de la guerre 14-18, le Conseil départemental sous la présidence de Gilbert Sauvan, les conseils municipaux de La Palud-sur-Verdon, Pierrevert, Thorame-Basse et Thoard avaient adressé à la Présidence de la République un voeu portant sur cette exigence. En France, déjà 31 Conseils départementaux, 6 Conseils régionaux et 2000 conseils municipaux ont également fait cette même demande.

    Aujourd'hui, l'appel est relancé pour ce 11-novembre au président Macron. Plusieurs élus se sont déjà penchés sur cette question. Lors de la commission de défense nationale et des forces armées du mercredi 4 octobre 2017, Christophe Lejeune, député de Haute-Saône, a interpellé Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées sur le sujet. "Il est quasiment impossible de réhabiliter les fusillés pour l'exemple d'un point de vue juridique. En revanche, la réhabilitation mémorielle est en cours. Je vous renvoie notamment au site internet "Mémoire des hommes", qui aborde très concrètement le sujet. Le musée de l'armée consacre pour sa part une salle très riche aux fusillés de la Grande Guerre, et la Mission du Centenaire a soutenu de nombreuses initiatives. Le président Hollande a évoqué, en 2017, au Chemin des Dames, les fusillés pour l'exemple. On n'en parlait pas ; on en parle désormais, et c'est déjà une réhabilitation" a-t-elle répondu.

    Contacté, le ministère des Armées nous a confirmé par la voix de son conseiller en communication qu'"une réhabilitation collective était juridiquement difficile. Par contre, une reconnaissance individuelle est possible si la famille en fait la demande avec les éléments d'archives dont elle dispose. Il y a de nombreux motifs et il faut travailler au cas par cas. La reconnaissance politique, civique, historique et militaire est établie. La partie juridique est plus complexe. Aujourd'hui ce n'est plus un tabou. Tout est public."

    Si la réhabilitation "citoyenne et politique" est avérée, les familles attendent malgré tout un geste juridique.

    Brian Orsini

    SOURCE : http://www.laprovence.com/article/edition-alpes/4702836/fusilles-pour-lexemple-ces-soldats-tues-pour-et-par-la-france.html

     

    DIJON (Bourgogne)

    Réhabilitation des fusillés de 14-18 : un hommage est rendu à un Dijonnais 

     
    Histoires 14-18 : Eugene Bouret, premier fusillé rehabilité

    « Vienne : à Château-Larcher, une plaque pour Chloé "victime du terrorisme"Hommage aux victimes de l'attentat du vendredi 13 novembre 2015 ! Mais pourquoi en sommes-nous arrivés là ? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter