• Inauguration d'un nouveau monument pour l'Algérie française Mais pour une fois ça ne se passe pas en France mais en Italie

    Inauguration d'un nouveau monument

    pour l'Algérie française

    Mais pour une fois ça ne se passe pas en France

     mais en Italie

    Inauguration d'un nouveau monument  pour l'Algérie française  Mais pour une fois ça ne se passe pas en France  mais en Italie

    Statue commémorant les colons italiens

    A chacun ses héros

    Une statue commémorant les colons italiens à Lakhdaria (ex-Palestro) a été inaugurée en grande pompe en Italie. Un journaliste italien, originaire du Nord, a mené bataille pour glorifier ses aïeuls qui s’étaient installés sur les terres des Algériens expropriés par Napoléon III.

    Gian Antonio Stella, écrivain et journaliste du plus grand quotidien Italien, Corriere Della Sera, en a fait sa bataille personnelle, usant de ses contacts pour patiner l’image d’un colon italien qui n’avait de mérite que celui d’avoir profité du malheur des autres. Domenico Bassetti était allé en Algérie comme soldat de la Légion étrangère de l’armée française. Ayant découvert un paradis, à portée de la main, il y entraîna une trentaine de parents et d’amis de son village natal, Lasino, situé dans le sud du Tyrol (au nord de l’Italie).

    Nommé maire du village colonial, Palestro, construit sur les terres des tribus des Ammal et des Beni Khalfoune qui en furent dépossédées par les Français. Bassetti, qui était un entrepreneur en travaux publics, était détesté par les Algériens, car il les exploitait et les méprisait ouvertement, se faisant ainsi beaucoup d’ennemis. Et la création, sur son initiative, d’un énorme marché ouvert, qui a tué les deux marchés de la communauté autochtone, a augmenté la colère contre lui. Car les deux marchés représentaient beaucoup pour les habitants musulmans et surtout un lieu de liens sociaux et de convivialité. Bassetti, connu comme Nico, est tombé durant l’insurrection de 1871, menée par El Mokrani contre les forces d’occupation.

    Les récits de cette bataille racontent comment les combattants algériens avaient accepté de laisser partir les colons et leurs familles, mais à cause du geste belliqueux d’un gendarme français, l’accord a mal tourné et il s’en est suivi un affrontement armé, où périrent combattants et colons. Bassetti, lui-même, aurait tué quatre insurgés. «Nos grands-pères furent balayés par cette vague de violence», c’est ainsi que le journaliste italien résume l’épopée de l’insurrection du bataillon d’El Mokrani. Les Français avaient érigé une stèle pour commémorer leurs victimes. La statue représentait le maire colon, Nico, portant un fusil, et à ses pieds une femme et un enfant apeurés. Grâce à un riche mécène, le vœu de Stella a été exaucé et la statue que tous les habitants de Lakhdaria détestaient a revu le jour.

    Sous ce titre pompeux et un peu ridicule, «Bassetti et les martyrs de l’Algérie, la statue du massacre renaît», le célèbre journaliste publie un article sur son journal, se réjouissant de cette «œuvre», de ce «monument». Il nous apprend donc que c’est à partir d’une photo d’«enfants de Palestro» que cette stèle a été reconstituée par le sculpteur Enrico Pasquale et présentée à Marmomacc, la Foire internationale du marbre qui se tient à Vérone. Silvio Xompro et Franco Masello, patrons d’une célèbre maison de transformation du marbre, ont financé ce «monument». L’auteur ignore peut-être que ce morceau de pierre représentait pour les Algériens le symbole de l’oppression sanguinaire du colonisateur français et de la sauvage exploitation dont ils ont été victimes de la part des colons européens.

    Sans parler de la barbare répression qui s’est abattue sur leur ville, au lendemain de l’insurrection, lorsque les militaires français ont mené une féroce vengeance contre les habitants de cette localité, les expropriant, les emprisonnant et en déportant des dizaines d’entre eux en Nouvelle-Calédonie. Ce qui explique que dès l’indépendance, les habitants de Palestro (rebaptisée Lakhdaria, du nom du héros (un vrai) de la guerre de libération, Si Lakhdar), n’ont pas attendu longtemps pour la pulvériser.

    Le journaliste, sans doute sous l’emprise de l’affection filiale et d’un sentiment tribal, a perdu de vue une vérité écrasante  : les colons italiens qui étaient partis pour l’eldorado algérien n’étaient pas des volontaires de la Croix-Rouge, mais des rapaces qui ont occupé sans scrupules des terres qui leur ont été cédées presque au franc symbolique par l’occupant français illégitime qui, à son tour, les avait volées aux propriétaires légitimes, expropriés par la force, déplacés, arrêtés, torturés et tués, eux et leurs familles.

    En ces temps de crise économique, de vide spirituel et de médiocrité morale, les Italiens ont besoin de s’inventer des héros… Même si pour cela, il faut faire violence à l’histoire de lutte pour la libération du colonialisme de tout un peuple, le peuple algérien. Stella voudrait même que le chef de la République italienne inaugure cette statue, quand elle sera transportée dans le village natal de Bassetti. Espérons que le président Matarella aura mieux à faire ce jour-là…

     

    Nacéra Benali

    SOURCE : http://elwatan.com/culture/a-chacun-ses-heros-10-10-2015-305139_113.php

     

     

    « Leny Escudero, qui chantait "Pour une amourette", est mort aujourd'hui vendredi 9 octobre 2015,à l'âge de 82 ansMIGRATIONS *** Cinquante ans après : Rivesaltes, mémoire d’autres réfugiés »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Sined
    Mercredi 22 Avril à 08:50

    Bonjour

    Je tenais à préciser que le village de Palestro a été créé à l'emplacement d'un fort turc et des terres qui lui étaient associées. Il n'y a pas eu d'expropriation à ce moment.

    Il était situé au fond de la vallée infestée de malaria (mon ancêtre en est mort). Les tribus kabyles n'exploitaient pas les terres au fond de la vallée sauf pour y faire paitre leurs troupeaux occasionnellement, leurs villages étaient situés en altitude pour des raisons d'hygiène et de sécurité ((comme les villages corses).

    Des expropriations auront lieu après la révolte de Mokrani en 1870.

    Il est vrai que le maire BASSETTI avait différents avec les tribus voisines notamment avec la création d'un marché à Palestro qui venait concurrencé les marchés kabyles.

    BASSETTI et ses compagnons dont un de mes ancêtres ont quittés la région du Trentin pour des raisons politiques, car ils avaient combattus les forces autrichiennes et malheureusement pour eux le Trentin est resté autrichien après 1865.

    Il est dommage que le ton agressif de cet article n'oeuvre pas pour la "paix".

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :