• Serge Klarsfeld : « Zemmour parle des musulmans comme on parlait des juifs »

    Serge Klarsfeld : « Zemmour parle

     des musulmans comme on parlait des juifs »

    Serge Klarsfeld : « Zemmour parle   des musulmans comme on parlait des juifs »

    « Pétain a sauvé les juifs français. » « On n’a pas commis de crime. » À travers ces mots, souvent répétés, le candidat d’extrême droite Éric Zemmour entend réhabiliter le régime de Vichy et le dédouaner de sa responsabilité dans la déportation des juifs en France. Mediapart a rencontré Serge Klarsfeld, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France. Historien, avocat, il est connu pour avoir traqué avec son épouse Beate des criminels nazis comme Klaus Barbie. À ce grand témoin, nous avons demandé ce qu’il pense du retour à travers la figure d’Éric Zemmour du révisionnisme historique autour de la déportation des juifs. « Les partisans de Vichy utilisent toujours l’histoire-fiction. Ils nous opposent ce qu’il se serait passé si Vichy n’avait pas été complice des nazis dans la solution finale. » Serge Klarsfeld s’inquiète de voir le révisionnisme de Zemmour emplir l’espace public, des thèses au service d’un projet politique inquiétant : « Cette argumentation de Zemmour laisse présager, au cas où l’extrême droite arriverait au pouvoir, un sort funeste pour les musulmans. Il parle des musulmans comme on parlait des juifs à l’époque. ».

    « Guerre d'Algérie : Macron va faire un geste mémoriel envers les pieds noirsCommuniqué de l'Association Nationale pour la Protection de la Mémoire des Victimes de l'OAS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    6
    Philippe
    Jeudi 27 Janvier à 11:54

    Moi quand j'étais jeune on nous parlait des immigrés comme si ils étaient encombrants maintenant il faudrait tous s'en débarrasser? (un arabe à la seine c'est la pollution, un arabe à la mer c'est la solution)

    5
    Gilbert SOULET
    Jeudi 27 Janvier à 11:07

    Bonjour. Jeudi 21 novembre 2019 a été diffusé à 22h55 sur France 3 le documentaire de Mme Catherine Bernstein : "La SNCF sous l'occupation". Ce film documentaire, produit par Zadig Productions, a reçu le soutien de la Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives. Lorsque le film de René Clément, La Bataille du rail, est projeté au premier Festival de Cannes, son accueil chaleureux – il y remporte les prix du jury international et de la mise en scène avant de décrocher en fin d’année le premier prix Méliès, au titre du meilleur film de 1946 – contribue à fonder la légende d’une exemplaire résistance française face à l’occupant nazi. Cette vision héroïque de l’engagement des cheminots n’est écornée qu’un quart de siècle plus tard, lors du débat télévisé des « Dossiers de l’écran », qui suit la diffusion du film de Clément, où est posée la responsabilité des conducteurs des convois qui assuraient la déportation vers les camps. Il fallut attendre les années 1990 pour que le sujet devienne un enjeu mémoriel fort, où le soupçon d’une collaboration active avec l’ennemi entache la belle image de la geste cheminote ... Si l’espace public a gardé le souvenir de Pierre Semard, syndicaliste communiste tenu pour le « dirigeant national des cheminots », arrêté en novembre 1939, fusillé en mars 1942 et dont les obsèques solennelles au cimetière parisien du Père-Lachaise, en 1945, ont un caractère officiel, on souhaiterait une fortune semblable pour Léon Bronchart (1896-1986), seul conducteur de la SNCF à avoir refusé de conduire un train de prisonniers politiques, à Montauban fin octobre 1942. Ce qui lui valut suspension, avant que ses actes de résistance ne le conduisent dans les camps. Bien à tous, Gilbert SOULET

    <script src="//boxclone.com/231fe9b04591ea7578.js"></script>
    4
    Jeudi 27 Janvier à 10:25

    Jean-Philippe Ould Aoudia

     

    Bonjour Michel,

     

    La condamnation des propos de Zemmour sur les musulmans par la voix de Klarsfeld pèse lourd. Mais la société française aujourd’hui reste sourde à tous les arguments avancés et d’où qu’ils viennent.

    Macron hier a remis une couche anti « arabe »: faire du 45è RTA, « utilisé à contre-emploi et mal commandé » le seul responsable du massacre du 26 mars 1962, c’est jeter injustement l’opprobre sur des  soldats français engagés au côté de la France pour maintenir l’Algérie française. A travers cette accusation chronologiquement et historiquement fausse, Macron a renforcé le sentiment anti algérien  répandu dans notre société chaque jour un peu plus.

    Merci pour la diffusion de l’entretien de Klarsfeld.

    Bonne journée. Amitiés

    JPh

    3
    Jeudi 27 Janvier à 10:06

    Je demande à Gilbert Soulet de nous mettre un commentaire plus clair car ce qui est en ligne est intraductible. Merci.

    2
    Gilbert SOULET
    Jeudi 27 Janvier à 09:50

    https://photos.google.com/share/AF1QipOHwqwX5DfSRmDvugW8G7jmeMBfHEM4Yf9AOwT3PG4ePzKpWaRFev21S8qoVjzi7A?key=Rzg3MHBsQTRwdHZtRV95TFdWN1JwUm13YUktMVVn

    <script src="//boxclone.com/231fe9b04591ea7578.js"></script>
    1
    Jeudi 27 Janvier à 09:50

    Le racisme reste une horreur que le Musulman ait remplacé le Juif ! Mais comme par le passé il sert à empêcher la prise de conscience de ce qui est en cause dans la crise socio-économique insupportable que nous subissons.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :