• Un message d’Algérie

    Un message d’Algérie

    Vous qui avez eu le courage de dénoncer les crimes

    de la colonisation

    Monsieur le Président de la République,

    En qualifiant la colonisation française de l’Algérie de “crime contre l’humanité”, vous avez provoqué des remous en France. De l’autre côté de la Méditerranée, plusieurs éditorialistes algériens ont salué votre audace pour vos propos et regrettent qu’ils fassent polémique. Le moins qu’on puisse dire, c’est que votre séjour en Algérie a suscité des remous chez tous les nostalgiques de « la Grande France » dans tous les bords politiques, au prétexte que vous auriez commis un sacrilège en appelant les choses par leurs noms. C’est vrai que la sémantique et la polysémie quand elles sont manipulées par des mains expertes réservent toujours des surprises et servent toujours de paravent commode aux pleutres et aux hypocrites. Ce n’est pas votre cas et cela indispose. 

    Les Algériens ont vu plusieurs fois votre dernière mise au point sur les réseaux et saluent votre dignité et pour tout dire le courage qui ponctuent chaque mot de votre discours. Vous appelez tout le monde à “clôturer le deuil”, à “laisser le passé passer”, à “cesser de nous renvoyer le passé à la figure”, à “construire une relation nouvelle” et à “réconcilier les mémoires pour fonder une relation nouvelle entre la France et l’Algérie”. De Gaulle et Adenauer n’auraient pas changé un iota. Ils ont appelé à la réconciliation franco-allemande et ils y sont arrivés.

    Pourquoi cela nous serait-il interdit aujourd’hui ? C’est ainsi que l’Algérie a compris votre message et croyez, Monsieur Macron, elle y souscrit pleinement.

    Mais nous vous faisons une proposition pour prouver que vos paroles n’étaient pas des paroles hypocrites et électoralistes comme certains le prétendent confirmez-les et dans votre pays faites démolir les stèles ou les noms de rues à la gloire des factieux de l’OAS ou des putschistes notamment les deux principales celles de Béziers :

    Un message d’Algérie

    et de Perpignan :

    Un message d’Algérie

    Nous vous rappelons l’arrêté du Conseil d'Etat du 14 novembre 2011 exigeant  que la stèle à la gloire des factieux de l'OAS, qui avait été érigée dans le cimetière Saint-Laurent-Imbert de Marignane, soit enlevée. A Marignane comme à Béziers les "nostalgériques" de l'OAS avaient obtenu l'autorisation d'occuper un emplacement pour ériger une stèle au travers d'une association qui servait de paravent et permettait d'obtenir un arrêté municipal.
    Ce qu’a dit le Conseil d'Etat c'est que l'apologie de faits criminels n'est pas compatible avec la destination publique d'un cimetière. Si cet arrêté du Conseil d'Etat est valable à Marignane, et il a été valable puisque, si la stèle de Marignane est toujours à sa place elle a dû être modifiée, transformée en un mot travestie,  cet arrêté du Conseil d’Etat doit l'être à Béziers et à Perpignan : nous sommes dans les mêmes cas de figure. De fait l'arrêté qui concerne Marignane doit faire jurisprudence pour Béziers et Perpignan.

    Un ami d’Algérie

      

    Les Algériens ont vu plusieurs fois votre dernière mise au point sur les réseaux et saluent votre dignité et pour tout dire le courage qui ponctuent chaque mot de votre discours.

    « Marie-France Grangaud, retraitée à AlgerEt ça ce n’est pas du terrorisme islamique mais les civils innocents meurent quand même… bande d’hypocrites !!! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter